Laura Fouquier

Laura, peux-tu te présenter et nous raconter comment t’est venue l’idée du « café ambulant » ?

J’ai baigné dans le nomadisme depuis toute petite, mes parents étaient bateliers. Ils transportaient des marchandises par leur péniche et nous naviguions sur les canaux fluviaux.

C’est une période de ma vie assez atypique qui m’a amenée à faire preuve d’imagination, à pousser ma curiosité sur tout ce qui m’entourait mais aussi à faire preuve de ténacité. Par la suite j’ai grandi avec plus de stabilité, dans une maison proche de la forêt, pour ne pas dire dedans. J’ai eu un parcours des plus courants jusqu’au passage du bac. La suite de mon parcours à été plus orientée sur mes envies, mes ambitions et mes rêves.

Le café ambulant est en partie l’inspiration de tout ceci, un héritage nomade avec un pied à terre et une touche d’originalité;

Qu’offres-tu aux clients?

Je propose des boissons chaudes, fraiches et glacées sur vélo triporteur aux allures vintage.

Depuis peu, je prépare également mes propres recettes de thé avec des plantes que j’essaie de me procurer au plus près de ma ville.

Le café reste mon produit phare puisque je favorise la promotion d’un vrai bon café. Un café de qualité différent des cafés espresso de la maison. Une solution unique avec des grains de café issus du commerce local mais aussi équitable et bio.

Pour moi, l’esprit du café ambulant va de pair avec l’esprit de flexibilité, il m’arrive de concocter des recettes adaptables aux clients spontanément ou de modifier mon menu en fonction de leurs envies, leurs besoins et la météo !

Qu’est-ce qui t’a poussée à rejoindre la charte d’engagement Biosphère écotourisme ?

Thierry Jessenne, Gérant de l’Auberge Traiteur, signataire de la Charte d’engagement m’a parlé du concept, ça collait bien à mes valeurs et à l’idée de départ de mon projet.

Les échanges avec les autres signataires de Biosphère Ecotourisme plus expérimentés sur les problématiques environnementales me permettent d’alimenter ma réflexion personnelle et m’apportent des idées que j’essaierai de développer avec le temps !

L’idée de commencer mon activité avec un pilier identifié dans le domaine du développement durable ne pouvait être que bénéfique car par expérience, les consommateurs sont sensibles à la notion de « certification », cela montre un engagement pas seulement moral mais aussi formel et professionnel.

Concrètement, de quelles manières tes pratiques et tes missions peuvent-elles contribuer à une meilleure préservation de l’environnement ?

L’achat de certains de mes produits sont BIO, donc meilleurs pour la santé mais aussi meilleurs pour la planète. Je propose aussi des recettes au « lait » végétal, sans OGM, sans déforestation, en provenance d’Europe (France, Italie & Autriche) avec une quantité d’eau limitée pour la récolte des matières premières et en partenariat avec WWF*.

Je possède des poubelles dédiées à la récupération des déchets sur place avec un système de tri sélectif grâce à l’achat de produits recyclables et compostables.

Ma démarche vise également à favoriser les produits locaux et régionaux, un type de grain de mon café vient par exemple de la torréfaction de Fontainebleau.

Le café que je propose provient du commerce local, équitable, c’est pour moi un point d’honneur car l’écologie intègre aussi l’économie sociale et solidaire.

Qu’est ce qui selon toi a changé dans tes pratiques et tes relations clients depuis ton adhésion à la charte ? »

Au travers de son accompagnement et de ses conseils, la charte m’a beaucoup aidée dans le choix de mes produits.

Cela attise ma curiosité sur leurs origines telle que leur fabrication et leur composition.

La précision et le détail que j’apporte à mes produits créent une relation plus intéressée du client, cela suscite des discussions, des points de vue et tout ça m’alimente !

Est-ce que tu envisages prochainement de collaborer avec d’autres prestataires du réseau Biosphère Écotourisme ?

J’ai en tête la préparation de thés bien-être façon maison et d’infusions fraiches de plantes comestibles de la forêt de Fontainebleau.

Il existe un conservatoire des plantes aromatiques à Milly la Forêt (aussi signataire du réseau !) pas loin de chez moi, l’occasion parfaite pour travailler en réseau !

Biosphère Écotourisme représente un fort potentiel en matière d’économie locale !

Derrière les « DouceSoeurs », on pense à quoi ?

Depuis mon enfance, dans ma famille nous avons toujours eu la culture entrepreneuriale et la subtilité du nom me permettait de faire un petit clin d’œil à ma sœur. Le tout en jouant avec les mots, les douceurs sont les petits produits irrésistibles et les DouceSoeurs sont l’invention et la créativité qui permettent de faire de cette recette, un produit rempli de bonnes choses.


* Le WWF ou Fonds mondial pour la nature est une organisation non gouvernementale internationale dédiée à la protection de l’environnement et fortement impliquée en faveur du développement durable.

Les DouceSoeurs
Les DouceSoeurs est un concept foodbike qui vous propose des boissons chaudes uniques et des petites douceurs bio et issues du commerce équitable.
En savoir PlusContacter